Le carême : un temps pour revenir

Avec le Christ, le carême devient le chemin qui nous conduit vers une nouvelle vie.

Bien-aimés du Seigneur,

Une fois par année, nous avons la joie, à travers la sainte Église catholique, de revivre les réalités qui constituent le socle de notre foi chrétienne. Le temps de carême est un moment important parce qu’il nous recentre sur nous-mêmes pour un examen minutieux de notre conscience. Il nous rappelle la place de la souffrance dans notre cheminement spirituel. Le Christ a souffert pour nous sauver, il a ainsi donné un sens nouveau à la souffrance. Cette dernière reste un chemin de purification, de conversion et de fortification.

Avec le Christ, le carême devient le chemin qui nous conduit vers une nouvelle vie. De carême en carême, de Pâques en Pâques, comme nous le rappelle le pape François[1], nous cheminons vers la plénitude du salut. En fait, nous sommes dans un processus dynamique qui conduit à la plénitude. Pour vivre le carême, il convient donc d’éviter au maximum des comportements destructeurs envers nous-mêmes, envers le prochain et envers les autres créatures (cf. pape François).

Vivre le carême, c’est éviter de vivre comme des impies, ceux-là qui n’ont pas Dieu comme référence dans leur agir, dans leur vécu au quotidien. Vivre le carême, c’est éviter le péché qui brise la communion avec Dieu, avec nous-mêmes, avec les autres et avec la création toute entière. Selon le pape François se référant au livre de la Genèse, c’est le péché des premiers parents qui a transformé le jardin en désert. Vivre le carême, c’est transformer nos déserts intérieurs en jardins florissants. Vivre le carême c’est être dans le Christ qui fait de nous des créatures nouvelles. Vivre le carême c’est prendre le chemin qui mène au désert pour rencontrer Dieu dans le silence et le dépouillement. Vivre le carême, c’est réprimer nos penchants mauvais pour élever nos esprits. Vivre le carême c’est prendre l’engagement de repousser nos limites. Vivre le carême enfin c’est aller au bout de l’amour, aller au bout avec l’Amour qui se fait don pour que notre don soit amour.

P. Benjamin ÉBODÉ ONAMBÉLÉ, msa, recteur

[1] Pape François dans son message de carême 2019

Partager dans votre réseau social :

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Médias sociaux

Les plus populaires

Gardons le contact

Abonnez-vous à notre infolettre!

Pas de pourriels, seulement des mises à jour de nos activités.

À venir

En passant

Articles pertinents

Marie dans le Nouveau Testament

1ère partie: Survol des versets sur Marie dans le Nouveau Testament.
2e partie: Le témoin; Bruno Cornacchiola (1913-2001), de Tre Fontane.

Vers une Pentecôte de la relation

Dans ses rapports avec autrui, la personne humaine va accorder une place nécessaire à l’Esprit. Dans les relations, l’intérêt pourra céder la place à la gratuité, la méfiance à la confiance, l’exploitation à la charité, l’indifférence à l’attention et les conflits à la paix