Marie, mère de Jésus, dans ma vie

Bienvenue à ce premier enseignement de la neuvaine à Marie qui s'est tenue du 14 au 22 août 2021 au Sanctuaire Marie-Reine-des-Coeurs de Chertsey.
Bienvenue à ce premier enseignement de la neuvaine à Marie qui s’est tenue du 14 au 22 août 2021 au Sanctuaire Marie-Reine-des-Coeurs de Chertsey.

Marie de Nazareth, un nom qui ne laisse personne indifférent.

Les lieux de pèlerinage qui lui sont consacrés sont très populaires, malgré la baisse de la pratique religieuse. De nombreux croyants ont recours à elle. Humaine comme nous, elle connaît notre condition. Saluer Marie, comblée de grâce, c’est honorer Jésus, le fruit béni de ses entrailles. Première disciple de Jésus, elle a vécu la plus grande aventure de la foi. On ne prie pas Marie comme on prie le Père, Jésus et l’Esprit-Saint. Dieu est Dieu et Marie est sa créature, devenue par son « oui » la mère de Jésus, Fils de Dieu. À ce titre elle fut préservée du péché. On n’adore pas Marie, on la vénère. Il en est ainsi pour les saints; nous les invoquons pour qu’ils intercèdent pour nous. Nous demandons à Marie de prier pour nous, comme l’indique la seconde partie du Je te salue Marie, « Sainte Marie, Mère de Dieu, prie pour nous, maintenant et à l’heure de notre mort ». Son intercession nous aide à prier et à vivre de l’Esprit Saint. Ne craignons pas d’invoquer Marie, car c’est Dieu que l’on prie par elle et en elle. La mère et le fils sont étroitement liés, comme nous le montre l’Évangile. C’est à cette source biblique, ainsi que celle de mon coeur et des saints, que je vais puiser tout au long de cette neuvaine pour brosser un portrait réaliste de Marie, fille du Père et mère de l’Église, notre sœur en humanité.

Dans ce premier entretien, je donne un bref témoignage de la présence de Marie dans ma vie. Il est tiré d’un livre qui sera publié en 2022 au Canada aux éditions Novalis et en France chez Artège.

Lire l’article de cet entretien dans mon blogue: https://www.jacquesgauthier.com/blog/…

Je présente aussi dans cette vidéo le témoignage de saint Maximilien Kolbe, franciscain polonais qu’on a appelé le chevalier de l’Immaculée. Prisonnier à Auschwitz, il a offert sa vie en échange de la vie d’un autre prisonnier, père de famille. Cela me parle très fort: un prêtre qui donne sa vie pour un laïc. Saint Maximilien Kolbe, martyr du nazisme, est un bel exemple de la compassion divine. Par son don suprême à Auschwitz, survenu la veille de l’Assomption de Marie, c’est la victoire du Christ ressuscité que nous célébrons.

Lisez l’article complet dans mon blogue: https://www.jacquesgauthier.com/blog/…

Pour aller plus loin, lire la nouvelle édition de mon livre « Les saints, ces fous admirables » (Béatitudes/Novalis), où je consacre un chapitre à la Vierge Marie et à Maximilien Kolbe. https://www.jacquesgauthier.com/livre… https://www.jacquesgauthier.com

Partager dans votre réseau social :

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Médias sociaux

Les plus populaires

Gardons le contact

Abonnez-vous à notre infolettre!

Pas de pourriels, seulement des mises à jour de nos activités.

À venir

En passant

Articles pertinents

Marie dans le Nouveau Testament

1ère partie: Survol des versets sur Marie dans le Nouveau Testament.
2e partie: Le témoin; Bruno Cornacchiola (1913-2001), de Tre Fontane.

Vers une Pentecôte de la relation

Dans ses rapports avec autrui, la personne humaine va accorder une place nécessaire à l’Esprit. Dans les relations, l’intérêt pourra céder la place à la gratuité, la méfiance à la confiance, l’exploitation à la charité, l’indifférence à l’attention et les conflits à la paix