QU’IL ME SOIT FAIT SELON TA PAROLE!

 Duval Marie-Ève,

« Hymne JMJ 2019 »: Pèlerins du monde, nous arrivons aujourd’hui, de nos continents et de nos villes. Nous voulons être missionnaires du Seigneur, porter sa Parole et son message. Comme Marie a dit oui à l’ange Gabriel, accueillons le projet du Seigneur. Le ciel et la terre se réjouissent et chantent. L’univers proclame ses merveilles. Me voici, servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta Parole ! Il nous appelle à son service nous ses enfants bien-aimés ! Comme Marie se rend disponible dans l’Amour, nous serons pèlerins de l’Évangile. Disciples et témoins, notre vocation, joyeux de cette foi qui nous fait vivre ! Soyez sans crainte, annoncez sans peur, la puissance de l’Amour de Dieu. Que votre oui soit oui, engagez vos vies avec Marie pour servir le Seigneur.

En janvier dernier, j’ai eu le privilège de vivre les Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ) au Panama. Cette première expérience fut pour moi riche en grâces et en joies! Je portais déjà au cœur cette espérance de la foi des jeunes, une foi vivante, sincère et décidée. Ces moments vécus m’ont clairement révélé une soif, un désir, un goût de l’Amour plus grand… Dieu fait tant de merveilles dans les cœurs, et comme il est bon de le voir!

J’ai eu le bonheur de rencontrer et de vivre aux côtés de gens qui m’ont accueillie avec générosité et tendresse comme étant désormais leur sœur dans le Christ, et non que de passage dans leur vie. Quelle richesse que de se reconnaître enfants de Dieu! Nous sommes tous membres d’une même famille et peu importe ce qui semble faire obstacle, a priori, nous avons le même langage, celui de l’Amour!

J’aurais tant à vous raconter, mais…Si j’avais à choisir parmi tous ces moments marquants de mon pèlerinage, je vous parlerais d’abord de cette rencontre non préméditée avec le Pape François. Ce jour-là, nous devions seulement faire des emplettes pour des cadeaux souvenirs des JMJ et voilà que nous nous retrouvons aux côtés de la papemobile, attendant l’arrivée du Pape. Cette excitation, cette effervescence, cette joie, c’était palpable au cœur du peuple panaméen. Lorsque le Pape François est finalement arrivé, je n’ai croisé que son regard et pourtant, cet instant m’a semblé éternel. J’ai alors vu toute la Majesté de Dieu entourant le Pape François et lui, si humble, si petit devant tant de grandeur. J’ai réellement senti comment cet homme est serviteur de Dieu et frère de tous. Plus que ses paroles, tout son être, tous ses gestes parlent d’un Dieu proche, amoureux et miséricordieux. Le Pape est un apôtre fidèle de l’Amour de Dieu qui se donne à chacun, qui va vers chacun, qui vit avec chacun. Devant tant de bonté et d’amour, mon cœur s’est mis à battre à tout rompre tellement j’étais dans l’allégresse!

Parmi tous ces moments, il y demeure aussi celui de la vigile du samedi soir. Nous étions plus de 700 000 jeunes et moins jeunes réunis pour prier, chanter, danser, et dire notre joie de croire et d’être au Christ! Juste avant le temps d’adoration, tous se sont agenouillés et ont fait silence. Durant quelques instants, tout s’est arrêté et le Ciel a visité la terre. Je pouvais percevoir, en plein coeur de ce silence, la présence de Dieu au milieu de nous…des instants d’amour

Lorsque l’on vit les JMJ, on est plongé au cœur de l’évènement, dans cette joie, cette communion, cette fraternité sans pouvoir toutefois tout recevoir du message transmis. Pourtant, une phrase demeure gravée en moi, celle du Pape François : « Vous, les jeunes, vous êtes l’aujourd’hui de Dieu! » Cette affirmation résonne dans mon cœur comme une cymbale retentissante, un cri d’alarme : « Je n’ai rien qu’aujourd’hui! », comme le disait la petite Thérèse. Saint Ignace, dans ses exercices spirituels, m’invite à accomplir chacune de mes actions comme si c’était la dernière de ma vie, et j’ajoute : « comme si c’était le seul jour qui me soit donné ». Qu’est-ce que je ferais alors de mon aujourd’hui, par quoi le remplierais-je? Est-ce que je perdrais mon temps à garder rancune envers mon prochain? Est-ce que je nourrirais la peine et la douleur que je porte en mon cœur? De quelle manière prendrais-je soin de ceux qu’il m’est permis de croiser au quotidien? Est-ce que je vivrais ces moments qui me sont accordés dans la joie et la louange ou dans la solitude et le regret?

Ce temps qui m’est accordé sur la terre est précieux. Je n’ai donc plus de temps à accorder à tout ce qui ne nourrit pas l’Amour de Dieu en moi et en les autres. J’ai toujours eu un grand amour pour Marie. Elle est, pour moi, un modèle et une mère. Tout au long des JMJ, cette phrase de la Vierge Marie m’a guidée: « Me voici, servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon ta Parole! » (Lc 1,38) Marie étant la Porte qui mène à Jésus, je peux donc être à mon tour, pour mes frères et sœurs, une « porte » qui mène au ciel.

Marie-Ève Duval