« Un seul corps pour ta gloire! »

Cette petite phrase de la prière eucharistique en a long à dire! D’abord parce qu’elle nous interpelle à l’unité, et ce, pour la plus grande gloire de Dieu. Symboliquement, l’image du corps est utilisée pour représenter l’Église. Un corps composé de plusieurs membres ayant des fonctions différentes où chacun y a sa place qui a toute son importance. Le Christ en est la tête, nous en sommes les membres. C’est pourquoi Dieu a besoin de chacun de nous pour construire son monde d’amour.

L’Église, c’est chacun de nous! Elle n’est pas seulement l’assemblée de tous ceux qui croient au Christ, mais bien de tous ceux qui appartiennent au Christ. Voilà pourquoi lorsque nous serons totalement unis, le Christ pourra revenir dans sa gloire car sa gloire est de nous voir tous unis en Lui.

S’il en manque un, l’unité ne peut se faire! C’est pourquoi Jésus n’a pas craint de quitter le troupeau pour aller à la recherche de celle qui manque. Dieu fait toujours les premiers pas! Posons-nous la question : Suis-je parfois cette brebis qui manque à l’unité? Lorsque Jésus retrouve la brebis égarée, il ne la punit pas. Il la prend sur ses épaules et lorsqu’Il revient auprès du troupeau, il la présente à tous comme un joyau. Et c’est ce que nous sommes aux yeux de Dieu, tous et chacun.

Être ensemble dans l’unité! Et qu’est-ce qui nous unit? L’Amour! Qui d’entre nous ne rêve de connaître l’Amour, le vrai? D’aimer et d’être aimé? L’expérience profonde de la Miséricorde, c’est la rencontre de l’Amour. Un Amour qui comble toutes nos soifs et nos attentes. Peu importe notre langue, nationalité, couleur de peau et même notre religion, c’est l’Amour qui nous unit! Cet Amour a un nom : Dieu. Et le nom de Dieu est Miséricorde. Pour vivre la Miséricorde, il nous faut puiser aux sources, au cœur même de Dieu. Et où chercher Dieu? En nous!

Ce Jubilé extraordinaire de la Miséricorde a véritablement été un temps de grâce. Ne demeurons pas seulement dans la pensée de ces beaux moments vécus, car il est temps de se mettre en marche et de vivre la Miséricorde. Soyons des apôtres, des missionnaires de la Miséricorde. Et comment? En aimant. Et pas de qu’importe quelle manière? Comme le Christ a aimé jusqu’au bout et sans condition! «Ma vocation, je l’ai trouvé enfin, c’est l’Amour» disait la petite Thérèse et elle ajoute : «Tant qu’on n’a pas tout donné, on n’a rien donné!» C’est pourquoi Jésus sur la Croix pose le plus grand geste d’amour lorsqu’Il se donne pour chacun de nous. Pour être unis, il faut donc chercher à vivre de cet Amour. «Aimer, c’est se donner soi-même». Pas facile me direz-vous? Marcher dans les pas du Seigneur, c’est prendre le chemin étroit qui conduit au vrai bonheur! Malgré la haine, l’Amour sera toujours vainqueur! Il faut y croire! Là débute l’espérance et l’espérance conduit à l’Amour et à la Miséricorde, sources de paix et d’unité pour tous les cœurs.

Pour vivre pleinement la Miséricorde, nous avons d’abord besoin de conversion. L’urgence de la conversion, c’est pour nous-mêmes qu’elle est lancée! Conversion veut dire : tourner son cœur vers l’autre et pour y arriver, il faut savoir ce que j’ai à donner et ce qui habite mon coeur!

Ramène à toi, Père très aimant, tous tes enfants dispersés! Dispersés-divisés, n’est-ce pas souvent ce que nous vivons souvent dans notre propre cœur? Il est si facile de voir ce qui ne va pas à l’extérieur au lieu d’aller au-dedans de soi pour réaliser ce qui habite, ce qui nourrit notre propre cœur. «Qu’as-tu à regarder la paille qui est dans l’œil de ton voisin alors que tu ne vois pas la poutre qui est dans le tien?» Et si ce qui nous dérangeait dans l’autre était un reflet de ce que nous sommes devenus par manque de présence à l’Amour?
Ce qui me reste à faire alors : aimer! Sans «mais» ni «peut-être», mais aimer avec le cœur même de Dieu. Ainsi, nous pourrons dire : Un seul corps pour ta gloire!

Aime ! C'est la seule vraie raison de vivre, le plus dur des chemins à suivre Ça ne s'apprend pas dans les livres. Aime. C'est la loi de la Bible... Le rêve encore possible d'un univers... où tous les hommes seraient des frères. Voilà pourquoi Moi je te dis: Aime

Fais-en ta règle d'or... Contre la loi du plus fort et quoi qu'il advienne Je voudrais que tu te souviennes d'un seul mot de ton Père... Aime (Extrait de la chanson Aime, composée par Luc Plamondon)

Admin