Le pèlerinage perpétuel

Depuis toujours l’être humain est à la recherche d’une réponse à la question du sens de sa vie. Il a d’abord cherché dans la nature les signes qui pourraient lui donner une réponse à son questionnement. Il donna à des plantes ou à des animaux des attributs divins leur conférant des pouvoirs surnaturels, ce fût l’époque mythique. Déjà, dans ces temps pas si lointains, le pèlerinage existait. On se rendait, en procession, au lieu de culte. On y offrait des sacrifices d’animaux et même souvent d’êtres humains. Le besoin de se mettre en marche vers son dieu, de lui offrir des sacrifices pour sa grandeur, a été comme inscrit de tout temps dans l’inconscient collectif.

Dans le pèlerinage il y a le don de soi et, par l’offrande de son être à Dieu - dans l’humilité du mendiant - nous devenons des demandeurs d’amour. Quand nous vivons un pèlerinage dans la foi il n’est pas nécessaire de partir loin, de franchir mer et monde pendant plusieurs semaines. Le pèlerin où qu’Il soit est à la recherche de Dieu qui se laisse découvrir… dans le silence. Dieu est près de nous, Il nous habite et il nous parle dans la brise légère, le souffle d’un nuage et le bruissement des feuilles. Dans le silence nous laissons parler la création qui à tous les instants chante l’amour que Dieu a pour nous.

Nous sommes tous des pèlerins sur la route de notre vie. La terre n’est pas notre cité permanente, c’est en étant sur la route que nous ferons des rencontres et que nous sortirons de nos habitudes. C’est comme si Dieu voulait que nous soyons toujours en marche exilés sur la route du salut. Sur ce chemin, Dieu sait que nous devrons compter sur nos compagnons et leurs prières. Nous devrons, nous-mêmes, prier pour notre conversion et celle de nos contemporains, afin de nous aider à franchir le dernier passage vers la terre promise éternelle.

D’ici là beaucoup de chemin reste à parcourir. Mais Dieu est patient, il nous attend là où nous serons à la fin du parcours. N’ayons aucune crainte car il nous l’a promis. Entre temps continuons notre pèlerinage terrestre et prenons le temps de lui parler, de nous confier et d’être réconforter par son amour. Marie nous aide et nous aidera toujours à atteindre ce but. Elle est notre mère, la mère de Dieu et la mère de l’Église. Comme mère elle ne veut que le bien de ses enfants. Prendre du temps pour se rapprocher, se retrouver avec soi et avec Dieu par Marie dans le silence de la montagne.

Admin