Le cadeau

« À travers sa parole, ses gestes, et toute sa personne, Jésus de Nazareth révèle la miséricorde de Dieu. » (Dei Verbum, n. 4. Vatican II.)

À la lecture de l’Ancien Testament, nous constatons que le « peuple choisi » passa par de nombreuses crises d’adolescence. Il s’est rebiffé, opposé, et a parfois même renié Dieu en adoptant des comportements qui ne correspondaient pas à Sa volonté. Par ces actions, il s’est lui-même exclu de la protection divine. Et qu’a fait Dieu ? Il a toujours pardonné, il est toujours revenu sur sa colère. Il a toujours offert une voix de traverse pour que son peuple puisse contourner les obstacles qu’il s’était lui-même créés. Et alors il nous fit un cadeau : « Quand tout fut disposé selon son dessein de salut (Ga 4,4.), il envoya son Fils né de la Vierge Marie pour nous révéler de façon définitive son amour. » (Pape François, « Le visage de la miséricorde, bulle d’indiction de l’année de la Miséricorde » B.I.M.)

Par la naissance de Jésus, Dieu nous pardonne. « Le pardon est une force qui nous ressuscite en vie nouvelle et nous donne le courage de regarder l’avenir avec espérance » (Pape François, B.I.M.). Jésus est le cadeau de Dieu à son peuple. De son berceau Jésus contemple l’univers passé, présent et futur en nous offrant sa miséricorde. Dieu, par cet acte, nous montre jusqu’où doit aller le pardon. En nous donnant son Fils il nous démontre que « le pardon est le moyen déposé dans nos mains fragiles pour atteindre la paix du cœur. Se défaire de la rancœur, de la colère, de la violence et de la vengeance est la condition nécessaire pour vivre heureux » (Pape François, BIM). Voilà le premier cadeau de Noël qui fut donné à l’humanité, la Miséricorde.

« La miséricorde, c’est la loi fondamentale qui habite le cœur de chacun lorsqu’il jette un regard sincère sur la sœur, le frère qu’il rencontre sur le chemin de la vie. » (Pape François B.I.M.) Le Christ, par son exemple, nous a donné la recette pour devenir miséricordieux. Cette recette c’est l’amour. « L’amour ne peut jamais être un mot abstrait. Par nature, il est vie concrète : intentions, attitudes, comportements qui se vérifient dans l’agir quotidien » (Pape François B.I.M.). Avec l’amour nous ne pouvons plus être indifférents face aux injustices de ce monde. Avec l’amour nous ne pouvons plus détourner les yeux du malheur de nos contemporains. L’amour nous donne la force de nous indigner et d’agir afin d’être un oasis de miséricorde pour tous ceux et celles qui faiblissent et parfois tombent devant les épreuves de la vie.

Comment être miséricordieux ? D’abord demander à Dieu son aide : il nous donne l’humilité de l’implorer afin de nous aider dans la condition de faiblesse dans laquelle nous vivons. « Touchés jour après jour par sa compassion, nous pouvons nous aussi devenir compatissants envers tous » (Pape François B.I.M.). Ensuite « redécouvrons les œuvres de miséricorde corporelles : donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts. Et n’oublions pas les œuvres de miséricorde spirituelles : conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, supporter patiemment les personnes ennuyeuses, prier Dieu pour les vivants et pour les morts » (Pape François B.I.M.). « Au soir de notre vie nous serons jugés sur l’amour. » (St-Jean-de-la Croix)

Robert Payeur, inspiré par la Bulle d’indiction de l’année sainte de la Miséricorde du pape François.

Robert Payeur